Vivre l'économie circulaire de demain

Vivre l'économie circulaire de demain

Mercredi 30 mars 2016 — Vous vous sentez frustré parce que les produits que vous achetez ne durent pas ou sont impossibles à réparer lorsqu'ils s'abîment? Imaginez un monde où votre sèche-cheveux ou votre imprimante aurait une durée de vie beaucoup plus longue et où, en cas de panne, il serait facile et peu onéreux de les faire réparer. C'est cette idée qui a donné naissance à une nouvelle façon de concevoir et de fabriquer les produits que vous utilisez quotidiennement, susceptible de générer d'énormes avantages pour les consommateurs, les entreprises et l'environnement. 

Baptisé «économie circulaire», ce nouveau concept repose sur des produits conçus et fabriqués pour être utilisés le plus longtemps possible, réparés facilement et recyclés ou éliminés de façon efficace en fin de vie. 

On estime que le passage à une économie circulaire pourrait engendrer des économies annuelles de 600 milliards d'euros pour les entreprises européennes et contribuer à réduire de 2 à 4 % le volume total d'émissions annuelles de gaz à effet de serre. Pour exprimer son soutien, la Commission européenne a présenté un plan d'action en décembre 2015 qui décrit de quelle manière mettre cette mutation en œuvre pour encourager les entreprises à entreprendre des changements.

Mais comment fonctionne l'économie circulaire? Prenons un exemple concret: plus de 40 millions de tonnes de déchets électriques et électroniques provenant d'appareils divers tels que des ordinateurs, des téléviseurs, des réfrigérateurs ou des téléphones portables sont produits chaque année dans le monde. En 2005, l'Union européenne a généré 9 millions de tonnes de déchets et devrait atteindre les 12 millions de tonnes en 2020. Il s'agit aujourd'hui d'un problème à résoudre, mais cela pourrait devenir une opportunité dans le cadre d'une économie circulaire.

Fairphone, une entreprise sociale basée à Amsterdam, fabrique un smartphone durable. À l'heure actuelle, 60 000 Fairphones ont été vendus et l'entreprise compte porter ce chiffre à 150 000 d'ici la fin de l'année 2016.

Miquel Ballester, le directeur de la production et de l'innovation, explique la philosophie du travail de l'entreprise:

«Nous utilisons un modèle commercial axé sur l'impact social et environnemental. À l'instar d'autres organisations, nous défendons la durabilité, mais nous agissons depuis l'intérieur du système. Nous montrons comment procéder différemment en espérant faire des émules dans l'industrie.»

Cette philosophie est appliquée de façon transversale aux différentes activités de l'entreprise, de l'extraction minière, grâce à l'utilisation de minéraux non conflictuels, au cycle de vie de l'appareil, en passant par la phase de conception et de fabrication.

Des normes de durabilité strictes sont fixées lors de la phase de conception. Par exemple, la coque arrière est intégrée dans la conception du téléphone afin d'éviter que l'appareil soit endommagé en cas de chute. On s'est attaché à simplifier les réparations afin d'allonger la durée de vie du produit. Il est facile de retirer et de remplacer les différents composants de l'appareil. L'entreprise vend les pièces de rechange dans son magasin en ligne et propose des manuels de réparation en libre accès.

L'économie circulaire pourrait aussi réduire les émissions de carbone de l'UE. En Belgique, l'entreprise Nnof (Nearly New Office Facilities), qui transforme les vieux meubles en de nouveaux produits (revalorisation), a pu à elle seule réduire les émissions de CO2 d'environ 322 773 kg.

Anne Lenaerts, directrice de l'unité commerciale et de la communication d'entreprise, explique comment:

«Au début de chaque projet, nous faisons un inventaire de ce que le client possède et de ce dont il a besoin. Supposons qu'il veuille des bureaux plus petits ou comprenant moins de tiroirs. Nous nous en chargeons.»

Le meuble existant est remodelé en fonction des nouvelles exigences.

L'entreprise garantit un meuble à la fois résistant et facile à réparer, à démonter ou à recycler, et ce, dès sa conception. Les produits qu'elle fabrique sont plus respectueux de l'environnement et moins chers que les articles fabriqués de façon traditionnelle.

L'économie circulaire pourrait permettre aux entreprises européennes d'économiser 600 milliards d'euros, soit 8 % de leur chiffre d'affaires annuel. Il est clair que la durabilité est rentable. Ce n'est pas une idée nouvelle pour l'entreprise familiale allemande VAUDE, un fabricant de produits fonctionnels et innovants pour la pratique d'activités de montagne et du cyclisme qui a fondé un réseau de recyclage dès 1994.

Depuis le tout début, les produits sont conçus pour pouvoir être réparés ou recyclés. Pour optimiser la durabilité de ses produits, l'entreprise fournit à ses clients des instructions claires en matière de maintenance et d'entretien.

VAUDE offre un service client complet et propose un service de réparation dans ses locaux d'Obereisenbach. L'entreprise s'attache à ce que les 30 instructions de réparation les plus importantes soient accessibles au public. Quant aux articles qui ne peuvent pas être réparés, mais qui sont encore utilisables, ils sont donnés à FairWertung, une organisation chapeautant plusieurs associations sans but lucratif.

Comme l'explique le Dr. Antje von Dewitz, directeur général de VAUDE:

«Nous nous positionnons clairement et globalement comme une marque durable. Nous appliquons cela à tous les domaines: au développement des produits, mais aussi à la logistique et aux ressources humaines. Cette stratégie représente d'énormes dépenses, mais nous sommes convaincus qu'elle est justifiée et que nous en sortirons gagnant à long terme.»

Paolo Falcioni, directeur général du Comité européen des constructeurs d'équipements domestiques, un organe représentant les entreprises de produits électroménagers, pense que les fabricants sont tenus de penser et d'agir de façon durable s'ils veulent être compétitifs sur le marché européen actuel. «Aujourd'hui, plus personne ne suit le schéma "Fabrication, utilisation, mise au rebut". C'est un modèle complètement dépassé» affirme-t-il. Il ajoute ensuite: «Nous devons désormais comprendre à quel niveau et dans quelle mesure le secteur électroménager peut améliorer la circularité de ses produits.»

Il explique par exemple que les fabricants, lors de la phase de conception, décident s'ils vont utiliser des matières premières vierges (qui n'ont jamais été utilisées ni consommées) ou secondaires (qui ont déjà été utilisées et peuvent être réutilisées), en fonction du type d'appareil et de l'attitude du consommateur (s'il est disposé ou non à accepter cette réutilisation). Par exemple, près de 20 % d'acier recyclé est utilisé lors de la fabrication d'un nouveau produit. Dans certains cas, ce chiffre atteint les 100 %.

Le plan d'action de la Commission européenne soutient le développement de l'économie circulaire à chaque étape du processus: de la conception et de la fabrication d'un produit à la façon dont il est mis au rebut lorsqu'il arrive en fin de vie (récupération des matériaux réutilisables pour fabriquer de nouveaux produits et élimination des déchets résiduels), en passant par son utilisation par un consommateur et par son éventuelle réparation.

Nous en sommes au commencement. Au cours des mois qui viennent, d'autres initiatives devraient venir aider les entreprises et les consommateurs à poursuivre leur transition vers une économie circulaire. En effet, l'économie circulaire figure aussi au programme de la prochaine Semaine verte, le plus grand événement annuel de l'UE sur la politique environnementale, qui aura lieu du 30 mai au 3 juin. Cette initiative organisée à l'échelle de l'UE est axée sur le thème «Investing for a greener future» (investir dans un avenir plus vert). Elle entend apporter des éléments de réponse sur les moyens à mettre en œuvre pour instaurer une croissance intelligente, durable et inclusive en Europe. Pour suivre la Semaine verte en ligne, consulter le site: http://ec.europa.eu/environment/greenweek/index_en.html

Beaucoup d'entreprises appliquent déjà les idées de l'économie circulaire dans leurs processus de production et elles devraient être encore plus nombreuses à l'avenir. Cette nouvelle approche présente bien sûr de multiples avantages pour les consommateurs, mais elle contribuera aussi à la création d'emplois et de services et à l'essor économique de l'Europe.  

VAUDE 1
VAUDE 2
VAUDE 3
VAUDE 4
Fairphone model
Fairphone construction
Nnof Spadel
Nnof Unilever

Contactez-nous

Antonella Bassi

Media Relations Manager

ICF Mostra

Published with Prezly